CES 2019 : revue des technologies qui vont stimuler l’essor du numérique en santé

Extrait de TicSanté - 10 janvier 2019

Le directeur de la chaire de médecine et de neurosciences de la Singularity University de Californie, Daniel Kraft, a fait l’inventaire des technologies qui vont « transformer la médecine » et contribuer à « l’essor exponentiel » des outils numériques de santé, mardi à l’occasion du Consumer Electronics Show (CES), qui s’est tenu mi janvier à Las Vegas.

Une gestion continue de la santé rendue possible grâce à la digitalisation des données de santé et  leur collecte en temps réel

Lors de la dernière décennie, les principales technologies numériques appliquées au secteur de la santé ont permis de passer d’un modèle où le patient est traité lors de crises épisodiques, à une « gestion continue de la santé grâce à la digitalisation des données de santé et à leur collecte en temps réel, a souligné Daniel Kraft, rappelant les progrès permis en termes d’informations disponibles via le développement des applications mobiles et objets connectés.
La création des smartphones a largement contribué à cet essor, et le progrès des technologies numériques va être « exponentiel » dans les prochaines années, a-t-il noté. « Nous assistons à une convergence de toutes les technologies qui vont permettre de remodeler la médecine », a-t-il relevé.
Ces progrès s’appuieront notamment sur le cloud computing (informatique en nuage), qui permet de disposer d’une puissance de calcul informatique « plus rapide et moins chère ».
La dynamique sera également alimentée par le progrès des télécommunications, et en particulier l’arrivée de la cinquième génération de standards pour la téléphonie mobile (5G), qui va permettre de transférer des données 100 fois plus rapidement que la 4G.
Daniel Kraft a aussi prédit l’émergence, en parallèle à l’internet des objets (Internet of Things -IoT), d’un « internet des objets médicaux » dont l’utilisation sera validée dans un contexte clinique.

Des wearables aux insideables

Après l’essor des wearables (dispositifs connectés que l’on peut porter sur soi) dans les années 2010, les insideables (dispositifs connectés que l’on ingère ou que l’on greffe dans le corps d’un patient pour mesurer en continu plusieurs constantes physiologiques) devraient se développer largement, a-t-il considéré.
Autre innovation phare de l’édition 2019 du CES, les voice tech, ou technologies à commande vocale, vont avoir un impact sur le secteur de la santé. Elles pourraient même permettre de détecter des « biomarqueurs vocaux » traduisant l’état de santé d’un patient, a pointé Daniel Kraft.
Il a également cité la réalité virtuelle et augmentée, utilisée dans le cadre d’opérations chirurgicales pour guider le geste du praticien, ou pour traiter des patients souffrant de troubles physiques ou mentaux.
Ce genre de « thérapies digitales », auxquelles on peut ajouter les logiciels et jeux vidéo thérapeutiques, vont « submerger » le système de soins, tout comme l’impression 3D de tissus biologiques, ou bio-impression, et les technologies d’intelligence artificielle (IA), a estimé Daniel Kraft.
Ces dernières seront particulièrement utiles pour « calculer la réponse à un traitement », « choisir le bon médicament et le juste dosage », notamment en fonction des caractéristiques physiques et génétiques du patient.
Les interfaces cerveau-ordinateur devraient quant à elle progresser et poursuivre leur expansion dans le domaine des neurosciences.
L‘un des principaux défis soulignés par Daniel Kraft sera la capacité des systèmes de santé à intégrer ces technologies, et à trouver « le bon mélange entre ce que les technologies peuvent faire et ce que l’humain fait déjà bien ».

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités.

Catégories