Le Centre Hospitalier de Valenciennes et bioMérieux inaugurent un laboratoire de microbiologie de pointe pour le diagnostic des maladies infectieuses au service de la lutte contre l’antibiorésistance

Hospitalia - Extraits - juillet 2022

Le Centre Hospitalier de Valenciennes et bioMérieux, acteur mondial dans le domaine du diagnostic in vitro, inaugurent ce jour un plateau technique de microbiologie nouvelle génération. Ce plateau technique intègre des technologies de pointe en matière d’automatisation, de robotisation, d’imagerie, d’intelligence artificielle et d’approche PCR syndromique. Avec un rendu de résultats plus précis et plus rapide, ce plateau de bactériologie de haute technicité fonctionnant 24h/24 7 jours sur 7 améliore la qualité de prise en charge des patients sur le territoire et participe à la lutte contre la résistance aux antibiotiques et le sepsis.

Avec la volonté constante d’améliorer les pratiques au service du patient, le laboratoire de microbiologie de Valenciennes a mené avec ses équipes une profonde réflexion en 2019 à la fois sur le volet organisationnel et sur le volet des équipements. Le projet était d’autant plus ambitieux qu’il se doublait d’un changement informatique concomitant. Malgré la crise sanitaire Covid, les équipes ont su mener à bien ces projets et s’approprier ces nouveaux outils de travail.

Environ 450 diagnostics sont effectués chaque jour sur ce plateau technique, qui constitue un laboratoire d’excellence pour une partie des établissements de santé du GHT et de l’Artois. En effet, le laboratoire centralise les dossiers des patients ayant effectué des analyses au Centre Hospitalier de Valenciennes et dans 6 établissements de santé partenaires.

En inaugurant ce laboratoire de microbiologie nouvelle génération en partenariat avec bioMérieux, le Centre Hospitalier de Valenciennes montre sa capacité à investir dans des projets ambitieux au service des patients et de son territoire.

« Un pas a été franchi mais d’autres le seront très certainement avec les perspectives de développement qu’offrent ces nouveaux outils », précise Gisèle Dewulf, vice chef de pôle biologie.

Des systèmes de pointe pour un diagnostic toujours plus rapide et précis

Direction de l’établissement, cliniciens et biologistes ont validé conjointement l’investissement dans une solution globale, garantissant le meilleur niveau de technicité au laboratoire de Valenciennes. La nouvelle organisation du plateau garantit la sécurisation des prélèvements, la traçabilité des échantillons et une mobilisation optimisée des ressources. Dans ce nouvel environnement de travail, les équipes bénéficient de technologies de pointe développées par bioMérieux en matière de microbiologie :

La dernière génération d’automate d’hémoculture (BACT/ALERT® VIRTUO®) permet de détecter les cas de sepsis en temps réel et fonctionne 24h/24, 7j/7
La chaîne robotisée (WASP® – WASPLAB®) est capable de gérer de façon standardisée le traitement pré-analytique des échantillons, l’ensemencement des cultures, la préparation des lames, l’incubation des milieux et la prise d’images en haute définition des cultures.
Une autre innovation, celle-ci informatique est l’intégration d’un logiciel d’intelligence artificielle (PhenoMATRIX™) qui facilite l’interprétation des cultures bactériennes de certains protocoles grâce à la reconnaissance d’images, de morphotypes et de couleurs des colonies. Ce logiciel permet une amélioration des flux de travail sur les lectures des cultures.
Les informations nécessaires à la suite de l’analyse sont transmises à la solution VITEK®, qui réalise un antibiogramme essentiel aux décisions thérapeutiques.
Pour compléter l’ensemble, le plateau intègre des techniques de biologie moléculaire de pointe permettant d’avoir une approche syndromique. Pour la pneumonie par exemple, qui est la cause la plus fréquente de sepsis, tout retard à l’administration d’un traitement anti-infectieux adapté s’associe à une surmortalité importante. Le panel BIOIFIRE® Pneumonia plus permet de rechercher dans les prélèvements respiratoires profonds l’ensemble des pathogènes les plus fréquemment responsables de pneumonies, en 1 seul test, permettra bientôt aux cliniciens d’optimiser l’antibiothérapie plus rapidement.
« L’implémentation de ces équipements complémentaires concourt à optimiser les prises en charge patient par un diagnostic microbiologique précis et rapide qui permet au clinicien de choisir le traitement le plus adapté au patient » explique Gisèle Dewulf, biologiste au Centre Hospitalier de Valenciennes.

Un enjeu de santé publique : la lutte contre l’antibiorésistance
De nombreuses études menées tout au long de la pandémie de COVID-19 ont montré que l’utilisation – souvent inappropriée – des antibiotiques avait augmenté. Un constat alarmant qui a poussé des établissements de santé comme le Centre Hospitalier de Valenciennes à investir dans des technologies de pointe pour réaliser des tests diagnostiques plus rapides et plus précis. Ces avancées technologiques aident les cliniciens à mieux cibler leurs prescriptions d’antibiotiques et favorise ainsi une meilleure prise en charge des patients (choix de l’antibiotique, durée du traitement, durée de l’hospitalisation). A titre collectif, ces innovations participent également à la maîtrise des coûts de santé.

Sur le plateau technique du Centre Hospitalier de Valenciennes, l’exactitude et la précocité du diagnostic microbiologiques ont permis de gagner du temps pour les cas urgents comme les patients atteints de sepsis avec un réel gain en terme de morbi-mortalité.

Plus largement, des antibiothérapies mieux ciblées limitent la diffusion de pathogènes résistants et participent à la lutte contre l’antibiorésistance, responsable de 125.000 infections et près de 5.500 décès par an en France selon le ministère de la Santé.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités.